Sélectionner une page
Le programme LIFE rivière Dordogne recherche son ou sa chargé.e de mission

Le programme LIFE rivière Dordogne recherche son ou sa chargé.e de mission

L’équipe projet du programme LIFE rivière Dordogne recherche un.une chargé.e  pour assurer l’animation du programme !
Pour postuler, adressez votre candidature comportant CV et lettre de motication à :
Monsieur le Président d’EPIDOR,
Place de la Laïcité
24250 CASTELNAUD-LA-CHAPELLE
Les détails du poste sont à retrouver dans la fiche de poste téléchargeable ci-dessous.
1ère Assemblée générale du programme LIFE rivière Dordogne

1ère Assemblée générale du programme LIFE rivière Dordogne

Après l’annonce de la sélection du projet LIFE rivière Dordogne par l’Union européenne, parmi plus de 600 candidatures internationales, la première Assemblée Générale du projet lance la dynamique de mise en œuvre du programme sur le territoire.

Le 18 septembre, les bénéficiaires associés au programme LIFE rivière Dordogne se sont réunis à Cénac-et-Saint-Julien, en Dordogne, pour faire un point collectif avant la mise en route opérationnelle du programme.

A l’occasion, Olivier GUERRI et Frédéric MOINOT, tous deux en charge de la coordination du projet, ont rappelé la genèse du projet et les étapes d’élaboration de la candidature LIFE rivière Dordogne. Puis ils sont entrés dans le cœur du projet en présentant les actions prévues, leur localisation, le calendrier prévisionnel ainsi que l’équipe projet au sein d’EPIDOR, les règles de fonctionnement avec les instances européennes ainsi que l’organisation avec tous les partenaires locaux, nationaux et internationaux.

Le dernier trimestre 2020 sera consacré aux aspects administratifs (rédaction et signature des conventions de partenariat) et à la rédaction des cahiers des charges pour les études et premiers travaux qui débuteront dès 2021.

Rappelons que le programme LIFE rivière Dordogne s’étend sur six années, de 2020 à 2026 et qu’il inclut la définition de stratégies à long terme portant sur la maîtrise foncière (181 ha), la gestion sédimentaire et l’approvisionnement en végétaux locaux ; la mise en œuvre d’actions de restauration de milieux naturels (bras morts, anciennes gravières, frayères à saumons, aloses et lamproies) ; ainsi que le partage d’expériences aux niveaux national et international.

Sur le même sujet